Derniers Articles Dernières Esquisses Derniers Compléments - Débats - Messages du Brouillon Moteur de Recherche News - Derniers Commentaires Brouillon
Musique


Prochain arrêt ou comment fuir une fuite possible

Ah, cette sensation de manque, d’état d’homéostasie bien éloigné, cet appel pour obtenir à nouveau une dose, auquel il convient pourtant de résister.




Des pans entiers de mon existence
Sont accrochés à mon accoutumance
Je te veux, je t’en veux
J’ai appris à mes dépendances
Que vouloir t’aimer
C’est savoir se sacrifier
Je t’en veux

Je veux t’oublier
Je veux revenir t’effleurer
Du bout des lèvres
De mes doigts glacés
Je te joue à pile ou face
Ca m’agace

Un frisson parcourt ma chair
Cette volupté qui s’inscrit, jusque dans l’air
Compagne d’infortune
Compagne dans ces longues nuits sans lune
A contempler le ciel
A rêvasser, à se reconstruire, le réel

Mon humeur est délétère
A deux doigts d’être vocifère
Ah le manque me tue lentement
Je suis pressé, pressé de n’être plus dépendant, dépendant

Difficile à comparer, cette sensation exécrable
Quand le temps évanoui, mon bien-être instable
Serais-je prêt à ramper
Pour pouvoir à nouveau te toucher
Pourtant j’aspire à ne plus partir en fumée
Mais tu mets le paquet pour que j’y pense
Qu’à jamais je ne t’oublie pas
Qu’à la moindre occasion
Je redevienne à toi
Mais tu mets le paquet pour que j’y pense
Qu’à jamais je ne t’oublie pas
Qu’à la moindre occasion
Je redevienne à toi

Le sujet simple de la nicotine est abordé. Nicotine qui insidieusement, au fur et à mesure, devient omniprésente, au réveil, à la pause, au café, en soirée, dans l’attente, dans la réflexion…Une fuite intéressante à très court terme, mais dévastatrice à moyen et long terme.
Un champ un tant soit peu lexical (« paquet », « aspire », « fumée »).
« De mes doigts glacés » : les doigts se refroidissent au niveau du contact avec la cigarette allumée.
« Pile ou face » : un bon jeu pour tester sa dépendance. Pile j’allume, face je range. Eh bien si le résultat est face et que la frustration vous envahit…
Une montée musicale en puissance sur la fin, pour rendre compte de tout ce mal être dans une phase de sevrage à une addiction.
Et cette idée que l’on est jamais vraiment débarrassé. On est toujours ex-dépendant et non plus vierge de cette agression, n’est-ce pas ?

 
 
~Sapience~ Publié le : 01/04/2009