Derniers Articles Dernières Esquisses Derniers Compléments - Débats - Messages du Brouillon Moteur de Recherche News - Derniers Commentaires Brouillon
Mythes et Légendes


Le coeur mangé (Guillem de Cabestany)

Si toutes les histoires commencent par " Il était une fois ", elles ne finissent pas forcément par " Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants... ".


Celle que je vais maintenant vous conter en est le reflet, voici donc la triste histoire de " Guillem de Cabestany ".



ll était une fois en Catalogne, près de Perpignan, un lieu nommé " Castel de Rosselo ", un château à la taille imposante dont il ne reste plus aujourd'hui qu'une seule tour au pied de laquelle les amoureux peuvent se conter fleurette, sans s'imaginer un instant le drame qui s'y est déroulé il a bien longtemps...

Dans ce château habitaient un jeune comte ainsi que son épouse, la belle et jeune Sorimonde.

Le comte vouait une grande passion à la chasse et préférait parcourir les forêts à la recherche de gibier plutôt que de rester auprès de sa dulcinée.

Sorimonde s'ennuyait et comptait les jours qu'elle passait loin de son époux, jusqu'au jour où un jeune et charmant ménestrel du nom de Guillem de Cabestany vint lui rendre visite.

Comme à son habitude, il se mit à chanter pour la jeune comtesse, mais il se mit également à lui réciter des poèmes, et tout naturellement à lui faire la cour (ce pour quoi il était particulièrement doué, il faut l'avouer !).

C'est ainsi que se créa tout d'abord entre les deux jeunes gens une belle amitié qui, au fur et à mesure du temps et de l'absence du comte, se transforma en une relation amoureuse.

Ce ne fut pas une simple amourette mais bel et bien une relation amoureuse, comme on en voit dans tous les contes de fée dignes de ce nom.

Leur idylle demeura secrète jusqu'au jour où le comte prit connaissance de la relation qu'entretenait le jeune poète avec son épouse.

Fou de rage, il donna l'ordre à ses gardes de l'arrêter et de l'égorger sur le champ, sans nul autre procès que celui de la vengeance.

Comme si cela n'était pas suffisant, il alla jusqu'au corps du jeune homme et arracha son cœur du corps sans vie.

Puis il monta voir son maître-queux et lui ordonna de le lui cuisiner avec tout son art afin d'en faire un plat délicieux.

Une fois ce plat préparé, le comte le servit lui-même à Sorimonde pour le souper, qui le mangea et le trouva délicieux.

C'est alors que le comte lui annonça la triste vérité et lui apprit qu'elle venait de manger le cœur de son amant.

La jeune comtesse, bien que désespérée par la nouvelle, fit comme de rien n'était et quitta la salle à manger la tête haute avant de gagner la plus haute tour du château (seul vestige de la fortification aujourd'hui) d'où elle se jeta par-dessus les remparts, afin d'aller rejoindre son amant, là où le comte ne pourrait plus jamais les empêcher de s'aimer.

Belle légende en effet.
Seulement pour la petite histoire, Sorimonde (Saurimonda d'Avinyó), survécut à son mari puisqu'elle se remaria avec Ademar de Mosset.

La tour, vestige du château (en photo plus haut) est certainement pour quelque chose dans la perpétuation de la légende.


 
 
~DΦrsy~
Publié le : 04/12/2007