Derniers Articles Dernières Esquisses Derniers Compléments - Débats - Messages du Brouillon Moteur de Recherche News - Derniers Commentaires Brouillon
Médecine


Effet Placebo

Ou l'auto-suggestion appliquée à la médecine.


D'où vient le mot Placebo ?

Placebo vient du latin : " je plairai ", sous-entendu : " à qui me demande de prescrire... "

Qu'est ce que l'Effet Placebo ?

L'effet placebo est le résultat d'un procédé thérapeutique absolument sans efficacité, mais agissant par un mécanisme psychologique, si le sujet est persuadé de recevoir un traitement actif. Autrement dit : " ça marche juste parce que l'on m'a dit que ça marchait et que j'y crois."

Donc c'est quoi un placebo ?

Un médicament placebo ne contient aucun composé chimique pouvant agir sur la maladie du patient : ça peut être de l'eau sucrée ! Mais la suggestion engendrée par le cerveau du patient entraîne la plupart du temps une guérison complète ou partielle spontanée des symptômes maladifs. Les effets du placebo ont d'ailleurs été décrits dans le cadre d'études pharmacologiques ! Beaucoup de symptômes fonctionnels sont très bien corrigés par divers placebos. Parmi les catégories de symptômes, les douleurs en général, les réactions de type allergique comme le rhume des foins et l'eczéma, l'insomnie, les troubles de l'appétit... représentent une liste non exhaustive de symptômes plus particulièrement sensibles à l'effet placebo.

Un placebo remplace-t-il seulement les médicaments ?

Non, le placebo ne se présente pas uniquement sous la forme d'un médicament : il peut s'agir d'une opération chirurgicale, d'un traitement physiothérapeutique, et de toute autre intervention thérapeutique. Si celles-ci sont mal conduites, ou inadéquates mais qu'elles produisent quand même un résultat, on pourra dire qu'il s'agit d'un Placebo.

Peut-on avoir un Effet Placebo avec un traitement thérapeutique " normal " ?

Oui, tout geste thérapeutique valide comporte une part significative d'effet placebo. Il faut déjà savoir que 50% des symptômes maladifs sont psychosomatiques. Un individu vivant une période troubles ou de dépression sera toujours plus enclin à tomber malade qu'un individu en "bonne santé psychique"

De quels facteurs dépend l'effet placebo ?

Dans ce secteur-là, les chercheurs tâtonnent avec peu de certitudes. Certains ont trouvé une relation entre le caractère non fumeur, le niveau d'instruction, le métier, le statut marital, le nombre d'enfants d'une part et d'autre part la placebo-sensibilité.
D'autres trouvent une liaison entre sexe, intelligence, et réponse au placebo.
Ce qui est sûr, c'est que l'efficacité d'un effet placebo dépend de l'attitude de l'équipe soignante, et tout particulièrement de la qualité de la relation médecin-malade.
Il est un fait que les médecins optimistes obtiennent de meilleurs résultats que les médecins pessimistes. La croyance du médecin en l'efficacité de son traitement et la confiance du patient à son égard agissent en synergie l'un sur l'autre. Lorsqu'on discute de l'effet placebo, on incrimine toujours la crédulité des malades, mais on ignore souvent la façon dont les médecins s'illusionnent eux-mêmes : le charlatan chaleureux est souvent plus efficace que le scientifique sceptique. La voie d'administration est également importante puisque l'on sait intuitivement que les injections ou perfusions ont une efficacité plus grande que la voie orale.

Y a-t-il des circonstances qui influencent négativement l'effet placebo ?

Dans le domaine de la douleur, il est certain que l'effet placebo peut être annihilé par l'administration de Naloxone, un produit dont l'action bloque les endorphines. Si le corps n'en produit plus, il est impossible au sujet de lutter contre la douleur. L'ancienneté de la malade ou des symptômes et l'essai de plusieurs traitements antérieurs sans résultats peuvent jouer un rôle négatif sur la sensibilité au Placebo.

L'effet placebo est-il reconnue dans les milieux universitaires ?

Malgré son rôle essentiel dans la pratique médicale, la place occupée par le placebo dans l'enseignement médical est presque nulle. Cette situation s'explique sans doute par le fait que les médecins tendent à nier l'importance de l'effet placebo, car admettre son importance met en danger leur image et leur pouvoir. Que se passerait-il si l'on apprenait qu'un peu d'eau colorée pourrait être aussi efficace qu'un médicament onéreux ?

Existe-t-il un effet inverse à l'effet placebo ?

Oui, les placebos amènent parfois des effets négatifs sur certains individus. Ce phénomène a été regroupé sous le nom d'effet nocebo.
Voici dans l'ordre les symptômes négatifs rencontrés après l'administration d'un placebo : somnolence : 24,7 % ; fatigue : 17,2 % ; troubles gastriques et intestinaux : 16 % ; difficultés de concentration : 13,2 % ; céphalées : 11,6 % ; bouffées de chaleur : 11,4 % ; tremblements : 11 %. Les effets dépendent bien entendu du type de placebo administré et de la personnalité du patient. L'élément le plus déterminant restant les symptômes cibles : s'il s'agit d'un placebo d'antidépresseur, les effets indésirables seront certainement différents de ceux d'un placebo d'antidouleur. Cela est dû au fait qu'un patient ayant déjà consommé des anti-dépresseurs par exemple, aura connu un certain type d'effets secondaires, et son organisme aura tendance à suggérer ces effets si on lui administre un placebo d'anti-dépresseur.
Cas encore plus significatif : lors du début de la période de recherche sur les effets négatifs des ondes téléphoniques, on a ainsi observé l'apparition de troubles chez des individus habitant près d'une antenne de radiotéléphonie. Cette antenne n'avait pas encore été mise en service, et n'aurait pu donc avoir aucun effet sur les riverains ! Il s'agit donc d'un effet nocebo.


Précisons que c'est Bernheim qui a mis en lumière l'effet placebo au début du 19ème siècle, lors de ses recherches sur l'hypnose.

Pour finir, nous pouvons noter que le groupe de musique Placebo doit bien son nom à ce phénomène. Les titres de certains de leurs albums ne s'éloignent d'ailleurs pas de ce thème riche en réflexions potentielles : Without You I'm Nothing renvoit à la dépendance d'un individu pour un Placebo, Sleeping with Ghost peut nous faire penser à l'angoisse due à un effet nocebo. Quant au dernier en date, Meds, il est le diminutif de medications, pour médicaments.

 
 
~Isator~
Publié le : 28/08/2006