Derniers Articles Dernières Esquisses Derniers Compléments - Débats - Messages du Brouillon Moteur de Recherche News - Derniers Commentaires Brouillon
Environnement


Comment protéger les espèces sauvages ?

Pour protéger et essayer de sauver les espèces menacées, il existe trois moyens principaux : supprimer les causes de leur raréfaction, reconstituer les populations diminuées et créer des zones protégées où les espèces ne craignent rien.


SUPPRIMER LES CAUSES DE LA DISPARITION DES ESPÈCES

Quand des espèces animales sont menacées par la chasse ou les captures d'animaux sauvages (par exemple pour le marché des animaux de compagnie), on peut réglementer (en fixant des quotas ou des périodes de chasse), ou bien interdire ces pratiques. Ces mesures peuvent concerner une région ou un pays, ou bien être prises communément par de nombreux pays, à l'échelle internationale. Par exemple, la chasse à la baleine est interdite depuis 1986 par la Commission baleinière internationale (" les limites de prise pour l'abattage à des fins commerciales dans toutes les populations sont de zéro "). Quelques pays, cependant, continuent à la chasser sous le prétexte de " raisons scientifiques ".

De la même façon, la protection des plantes sauvages menacées passe par la réglementation ou l'interdiction de la cueillette.

RECONSTITUER LES POPULATIONS

Pour certaines espèces menacées, on peut également élever des animaux en captivité, pour les relâcher ensuite dans leur milieu naturel. Grâce à cette méthode, le nombre de condors de Californie, par exemple, est passé de 27 en 1987 à 52 en 1992. Ce grand rapace reste cependant l'oiseau le plus menacé d'Amérique du Nord. De tels programmes sont également réalisés, par exemple, pour le loup roux et pour le furet à pieds noirs.

CRÉER DES ZONES PROTÉGÉES

Les réserves naturelles et les parcs nationaux permettent de délimiter des régions où les écosystèmes ne sont pas perturbés et où les animaux et les plantes sont entièrement protégés. Par exemple, une réserve créée dans les années 1970 dans la forêt Amazonienne, au Brésil (en Amérique du Sud), a permis d'éviter la disparition d'un petit singe, le tamarin lion doré. Alors qu'il était au bord de l'extinction (il en restait à peine 200), sa population a aujourd'hui dépassé 1 000 individus. Cependant, ce chiffre n'est toujours pas suffisant pour sauver définitivement l'espèce.

IL N'EXISTE PAS DE MÉTHODE MIRACLE

Toutes ces mesures ne permettent pas toujours de sauver les espèces. Pour certaines, il est difficile ou impossible de créer des réserves (par exemple pour les animaux qui vivent en mer). Pour d'autres, la reproduction en captivité n'est pas réalisable. Ainsi, on ne connaît aujourd'hui aucun moyen de sauver le phoque moine de la Méditerranée, qui fait partie des mammifères les plus menacés du monde. Il ne reste probablement aujourd'hui qu'entre 300 et 500 individus, dispersés sur des îlots rocheux le long des côtes d'Afrique du Nord et de la mer Noire.

Il est également difficile de lutter contre la pollution qui affecte de nombreuses espèces, et de l'empêcher de se répandre.

Enfin, l'interdiction de la chasse, des captures d'animaux ou de la cueillette des plantes n'est pas toujours suffisante, car elle est n'est pas toujours respectée : les braconniers continuent leurs activités pour alimenter un commerce illégal, souvent international. C'est ce qui arrive, notamment, aux rhinocéros d'Afrique et d'Asie, qui continuent à être traqués pour leurs cornes.

Alors peut être serait-il temps de se remuer un petit peu ....

 
 
~liloo~
Publié le : 04/05/2007

 

Il y a actuellement 7 invité(s), 6 robot(s) et 0 membre(s) qui parcourent l'ESRA On-Line.
Membres connectés :
bingbot/2.0, Googlebot/2.1, Android 6.0.1, Yahoo! Slurp, AhrefsBot/5.2, ?