Derniers Articles Dernières Esquisses Derniers Compléments - Débats - Messages du Brouillon Moteur de Recherche News - Derniers Commentaires Brouillon
Religion


Gnosticisme

Mouvement religieux à influence juive, chrétienne, platonicienne et mazdéiste, qui a disparu aux environs du premier millénaire de notre ère, et qui a influencé le manichéisme et le catharisme.


On connaît le gnosticisme tout d'abord grâce à quelques uns des principaux Pères de l'Eglise qui ont discuté des systèmes gnostiques :
Justin à Rome vers 150-165 ;
Irénée à Lyon vers 180 ;
Hippolyte à Rome vers 230 ;
Epiphane à Chypre vers 375 ;
Jusqu'à Théodore Bar Konai au VIIè siècle.

Chacun d'entre eux utilise naturellement les sources de ses prédécesseurs ainsi que les résultats de leurs recherches personnelles. La plupart ont reproduit des documents gnostiques, fournissant ainsi à l'histoire des matériaux qui permettent de reconstituer certains de ces mystères. Toutefois, il faut lire avec prudence leurs écrits car, étant extérieurs à la secte, leurs textes peuvent être parcellaires et déformés.

Le gnosticisme est connu avant tout grâce aux découvertes archéologiques. La trouvaille la plus importante du XIXè siècle a eu lieu en 1896 quand le Musée de Berlin achète un codex de papyrus du Ve siècle contenant 3 écrits gnostiques : L'Evangile de Marie, l'Apocryphon de Jean, et la Sophia de Jésus Christ(ils ont été publiés en 1959). En 1945, on a trouvé en Haute Egypte près de Nag-Hammadi une grande jarre contenant 51 traités gnostiques, dont l'Evangile de Vérité, l'Evangile selon Thomas, l'Apocryphon de Jean (dans ses trois versions nouvelles), l'Evangile selon Philippe et le De Resurrectione .

Origine et définition :
La gnose varie selon les époques et selon les religions. Elle a touché un vaste territoire allant de la Gaule à l'Asie Mineure, et ce, sur une période allant du Ier siècle de notre ère jusqu'aux XII-XIIIè siècles. On trouve des notions apparentées au mazdéisme, à la religion babylonienne, au judaïsme, à la philosophie et la religion grecque, et au christianisme.

La caractéristiques de ses adeptes est de croire en deux Dieux : le Démiurge, créateur du monde et de l'Homme, dieu mauvais et ignorant et le Père, bon supérieur au Démiurge. Cette vision d'un Dieu mauvais est causée par l'ambiance religieuse catastrophique du premier siècle de notre ère. En effet, dans la région du Jourdain, la communauté juive subit très mal l'occupation romaine. Après plusieurs révoltes qui ont échoué, le Temple a été détruit, enclenchant un vaste mouvement de "remise en question" : si Dieu est bon, jamais il n'aurait autorisé la destruction du Temple. C'est dans ce contexte que commence l'attente messianique et apocalyptique juive. Si certains trouvent leur réponse dans le prophète Jésus, d'autres engagent une réflexion dualiste : un Dieu mauvais créateur et un Dieu Bon (car le Grand Dieu ne peut pas être mauvais, c'est donc un mauvais Dieu qui a créé la Terre et les hommes, qui sont si imparfaits). Avec l'apport chrétien et juif le Démiurge s'apparentera peu à peu au dieu de l'ancien Testament qui inflige toutes sortes de calamités à l'humanité (Déluge, ...) tandis que le Père sera celui du Nouveau Testament qui, voulant sauver les hommes, enverra sur terre le Christ , porteur de la Gnose (le Savoir) qui délivrera les hommes.

Le gnosticisme n'est pas un mouvement unifié, mais plutôt un ensemble de sectes ayant une hiérarchie complexe et des mythes dont les noms changent d'une secte à l'autre. Le christianisme a selon les cas été entièrement assimilé, partiellement assimilé ou entièrement rejeté.

Gnostique signifie que le gnostique connaît (en grec, gnose signifie connaissance), il connaît parce que une révélation lui a été apportée. Il ne croit pas car la foi est inférieure à la connaissance. Et sa Gnose, " la connaissance de la grandeur ineffable " est par elle-même la parfaite rédemption. Les Valentiniens ont donné deux définitions :

  • la première explique la Gnose " comme la rédemption de l'homme intérieur et spirituel ;
  • la deuxième énumère des questions auxquelles la Gnose apporte une réponse : les gnostiques savent " qui nous étions, et ce que nous sommes devenus ; où nous étions et où la chute nous a entraînés ; vers quoi nous tendons ; d'où nous sommes rachetés ; ce que c'est que naître et renaître."

Bref, les gnostiques apportent des réponses logiques à des gens qui en ont grandement besoin.

Il y a de nombreux " mythes " et " dogmes " gnostiques qui peuvent être très différents les uns des autres, tout en ayant certains point communs. Ainsi, les gnostiques savent qu'ils étaient à l'origine des êtres purement spirituels qui ont été amenés à revêtir des âmes et des corps, qu'ils appartenaient jadis au monde supérieur de l'esprit et qu'ils ont été précipités dans ce monde actuel des sens et du péché. Mais grâce à la connaissance qu'ils ont de leur vraie nature, ils sont en train de regagner le monde d'en haut, ils ont été rachetés du monde inférieur. Ainsi, le gnostique est centré sur soi, il s'intéresse aux détails mythologiques sur l'origine du monde et de l'homme seulement parce qu'ils expriment et illuminent sa compréhension de lui-même.
Dans le système de Saturninus d'Antioche, les hommes parviennent à prendre conscience que leur essence est une étincelle de la vie divine capable d'aller rejoindre au ciel le dieu inconnu.
Pour Basilide, les Ophites et les Valentiniens, l'œuvre qu'accomplit progressivement le Christ est d'arracher les siens à l'emprise du monde d'en bas. Comme le Fils prodigue de l'Evangile, le gnostique " rentre en lui-même " (Luc, 15, 17) et retourne ensuite vers le Père qu'il avait oublié.

Le point le plus important de la définition du gnosticisme est que c'est une religion qui sauve par la connaissance, il faut reconnaître l'élément divin qui constitue le véritable Soi .

Les mythes du gnosticisme :

A cette connaissance s'ajoute une extraordinaire variété de mythes et de pratiques culturelles qui se diversifient dans le détail selon les interprétations du Soi que proposent les différentes sectes gnostiques. La mythologie est un des traits significatifs de tous les systèmes gnostiques, tout d'abord en ce qu'elle représente chez le gnostique une tentative pour expliquer sa situation présente et ce qu'il doit faire pour en sortir, et aussi à cause de sa nature même. On discerne toujours un effort pour incorporer toutes sortes de mythes à la structure de la pensée gnostique (également la littérature sacrée : Genèse, éventuellement Evangiles, ...).
Il n'y a pas de pensée fixe ni de doctrine stable, les gnostiques apprécient la variété et les innovations (cela a d'ailleurs été un motif de dérision de la part de certains hérésiologues qui disaient qu'on ne peut être un gnostique si l'on a pas inventé son mythe personnel de la Création). Mais plus qu'à la mythologie, c'est surtout à l'idée de libération qu'étaient attachés les gnostiques (spéculation et mythologie ne sont que deux aspects de celle-ci) : libération à l'égard des esprits astraux, du dieu de l'Ancien Testament, de la tyrannie de la Création, de la Loi de l'Ancien Testament, ...).

En exemple : La secte des Valentiniens, du nom de leur fondateur ,Valentin.

Valentin naquit en Egypte et il enseigna à Rome entre 135 et 160. Il est le meilleur représentant des docètes ("gnostiques chrétiens"). Il est de plus le seul à tenir compte des écrits canoniques. En résumé, il explique que le Père premier, principe absolu et transcendant, s'est uni à sa compagne la Pensée (Ennoia) et a engendré quinze couples d'éons qui forment le Plérôme. Le dernier des éons, Sophia, provoque une crise qui entraînera l'apparition du mal et des passions. Sophia et ses créations sont rejetées, produisant une sagesse inférieure. En haut, un nouveau couple est créé : le Christ et son partenaire féminin le Saint-Esprit. Le Plérôme à nouveau pur engendre le Sauveur Jésus. En descendant dans les régions inférieures, le Sauveur mélange la matière avec les éléments psychiques et engendre le Démiurge, le dieu de la Genèse, qui se croit seul Dieu. Celui-ci crée le monde et les hommes qui se divisent en deux catégories, mais des éléments de la Sophia supérieure s'introduisent dans le souffle du Démiurge, donnant naissance à une troisième catégorie : les pneumatiques. Le Christ descend alors sur Terre pour révéler la Connaissance libératrice. Les pneumatiques, révélés par la gnose, remonteront vers le Père. En remontant vers le Père, le Christ ouvre et montre la voie aux pneumatiques qui peuvent ainsi remonter chez le Père.

Les gnostiques disparaissent aux environs du premier millénaire, mais ils influenceront de nombreux mouvements religieux parmi lesquels on peut citer le manichéisme et le catharisme.
Encore récemment, le gnosticisme a été remis au goût du jour par Philip K. Dick, un écrivain de science-fiction américain.

 
 
~jamesB~ Publié le : 01/03/2006

 

Il y a actuellement 8 invité(s), 5 robot(s) et 0 membre(s) qui parcourent l'ESRA On-Line.
Membres connectés :
bingbot/2.0, AhrefsBot/5.1, CPU iPhone OS 7_0 like Mac OS X) AppleWebKit/537.51.1 (KHTML, like Gecko) Version/7.0 Mobile/11A465 Safari/9537.53 (compatible, Baiduspider/2.0, ?